RICHARD GUINO (1890-1973) / RESSOURCES

CHRONOLOGIE
DES EXPOSITIONS

CHRONOLOGIE DES EXPOSITIONS DU VIVANT DE L'ARTISTE

Né le 26 mai 1890 à Gérone en Espagne, Ricardo Guinó y Boix (Ricard Guinó i Boix en catalan) est un sculpteur précoce, initié à l’art de la taille dans l’atelier d’ébénisterie de son père, Francesc Guinó i Anglada. Il suit l’enseignement de l’école des Arts de Gérone jusqu’en 1905 puis, de 1906 à 1909, celui de l’école des Beaux-Arts de Barcelone, La Llotja. Durant cette période il se forme également dans l’atelier du sculpteur Eusebi Arnau1.

1908

Exposition collective2
Gérone (Espagne)
Sala del Foment de la Industria i el Commerç
– sculptures et dessins

1909

Exposition collective3
Gérone (Espagne)
Sala del Arte Moderno
– Buste de femme

À cette occasion Prudenci Bertrana, figure du modernisme catalan, présente son ami et ancien élève Guino à Aristide Maillol, qui propose au jeune sculpteur de venir travailler à ses côtés, en France4.

1910

Exposition collective5
Espagne, Gérone
Sala del Arte Moderno
– sculptures parmi lesquelles des portraits de :
Xavier Montsalvatge, écrivain
Miguel de Palol, poète
Ramón Puig, architecte

Portraits et dessins anciens et modernes6
Espagne, Barcelone, mai
– Gabriel Gómez, buste
– Josep Puig i Pica, buste

Au cours de l’année 1910, Guino quitte l’Espagne et s’installe à Paris, dans le quartier de Montparnasse. Il assiste Maillol pour la création des nus monumentaux du “Cycle des saisons”, Pomone, Flore, Le Printemps et L’Éte (1910-1911), importante commande d’Ivan Morozov7.
Le collectionneur russe achète à Guino les œuvres8 :
Torse de femme, marbre
Maternité, terre-cuite

Le marchand Ambroise Vollard et les comtes Kessler et Zoubaloff acquièrent également des œuvres du jeune sculpteur9.
Kessler précise dans son journal, à la date du 30 mai 191110 :
– “un torse de femme modelé avec extrêmement d’ardeur”
– “un petit relief en bois”

Guino fréquente librement l’Académie Ranson, où il peut dessiner d’après modèle vivant et réalise en 1912, à partir de maquettes de Maurice Denis, les bas-reliefs qui ornent le cadre de scène du Théâtre des Champs-Élysées11 :
La Danse, stuc doré
Le Chant, stuc doré

1912

Salon des Artistes Décorateurs12
Paris
– bas-relief, bois sculpté

Société Nationale des Beaux-Arts13
Paris
Torse de femme nue, marbre, section Sculpture
Bacchanale, bas-relief en bois, section Arts Décoratifs14

Exposition de dessins15
Paris
Galerie Druet
– dessins

Exposition
Paris
Galerie Marseille et Vildrac

1913

Salon des Artistes Décorateurs16
Paris

Entre 1913 et 1918 Guino, tout en poursuivant son œuvre personnel, crée des sculptures en collaboration avec Renoir17. Le vieux peintre, gagné par la paralysie, se trouve dans l’incapacité de modeler mais il a toujours éprouvé un vif intérêt pour la sculpture, ravivé par ses échanges avec Maillol. Se laissant convaincre par Vollard, son marchand, il s’engage dans une aventure de création unique avec le jeune sculpteur catalan que Maillol, d’abord approché, a recommandé. Guino, alors âgé de 23 ans, relève ainsi le défi de créer des sculptures “de” Renoir. Entre les deux artistes se noue d’emblée une intense communion artistique. Le sculpteur s’appuie d’abord sur des peintures, ou esquisses que le maître griffonne à son intention une fois le sujet de l’œuvre déterminé. Guino produit également ses propres dessins préparatoires et travaille souvent avec des modèles vivants, tantôt chez Renoir à Essoyes ou Cagnes-sur-Mer, tantôt dans son atelier parisien de la rue Daguerre. Le sculpteur jouit d’une grande liberté créatrice, il modèle l’argile, réalise les moulages en plâtre, procède à d’éventuelles retouches lorsqu’il présente les œuvres à Renoir puis supervise les fontes. Vollard rémunère chacun des deux artistes séparément. Le marchand édite abondamment leurs œuvres sous le seul nom du peintre, y compris sous forme de découpes.

Petite Vénus à la pomme ou Petite Vénus debout (1913) et variantes (étude/variante tête/variante socle)
Venus Victrix (1914-1916) et variantes (deux versions/variantes têtes/buste)
L’Hymne à la vie, pendule (1914-1917), plusieurs versions
Le Jugement de Pâris (1915), haut-relief, trois versions (dimensions)
Buste de Pâris (1915), deux versions
Cézanne, Monet, Rodin et Corot, Delacroix, Ingres, portraits en médaillons (1915-1917)
Maternité (1916) et variantes (étude/buste)
Buste de Madame Renoir (1916)
Eau ou Petite Laveuse (1916), deux variantes (dimensions)
Feu ou Petit Forgeron (1916), deux variantes (dimensions)
Eau ou Grande Laveuse (1917)

À la veille de sa mort en 1919, Renoir confie à son ami Albert André avoir donné “quelques conseils à un jeune sculpteur talentueux”… Le sculpteur fut relégué dans l’anonymat par Vollard pour d’évidentes motivations commerciales et son apport créateur systématiquement dénié par le marchand. Malgré sa réussite artistique, cette aventure aura une répercussion ambivalente sur l’œuvre et la vie de Guino.

Durant cette période, Guino réalise également des portraits, dessins, bustes et médaillons représentant Renoir et ses proches, dont il partage le quotidien :
Renoir, dessin à la sanguine et lithographie
Renoir, médaillons
Renoir, gravure
Renoir peignant, sculpture
Renoir, buste
Pierre Renoir, médaillon et buste
Jean Renoir, médaillon et buste
Claude Renoir, buste
Claude Renoir junior, profil, médaillon et buste
Véra Sergine, épouse de Pierre Renoir, médaillon

Guino continue de se rendre régulièrement à Cagnes-sur-Mer jusqu’en 1926. Il y pratique la céramique avec Claude et Jean Renoir ainsi qu’avec Ferdinand Deconchy, peintre, céramiste et maire de la ville18.

Durant l’hiver 1918-19, Guino perd sa compagne et muse Eulalie Verdier, emportée par la grippe espagnole. Elle travaillait comme modèle pour Maillol et réalisait des tapisseries, notamment pour la Manufacture des Gobelins. Guino acquiert pour elle une concession perpétuelle au cimetière de Cagnes-sur-Mer.

Eulalie est le modèle de nombreuses œuvres de Guino – croquis, dessins, portraits, masque, tête, bustes, sculptures dont les nus monumentaux :
Femme à sa toilette ou Grande Baigneuse (1915)19
Femme aux raisins ou Vendangeuse (c. 1918)20

1919

Exposition personnelle21
Paris, jusqu’au 29 nov.
Galerie A.-A. Hébrard, 8 rue Royale
– terres cuites
– bas-reliefs, parmi lesquels :
Léda et le cygne, bois (1919)
– figures féminines en acacia, ébène et hêtre
– crédence ornée de bas-reliefs
– dessins

Guino signe un contrat avec la Galerie Hébrard qui lui consacre trois grandes expositions personnelles en 1919, 1922 et 192322. À côté des sculptures et dessins, il présente des céramiques émaillées ainsi que des éléments de mobilier.

1920

Salon des Artistes Décorateurs23
Paris
– bas-reliefs, bois24

1921

Maternité et Enfance25
Paris, juin
Jardin d’Acclimatation

Maternité

1922

Exposition personnelle26
Paris, du 24 avril au 10 mai
Galerie A.-A. Hébrard, 8 rue Royale
Maternité, plâtre (1920)
– canéphores, terres cuites
Tête de bacchante souriant, coiffée de pampres et de grappes
– panneaux décoratifs en buis, noyer, ébène
La femme et le paon, encadrement de cheminée
– masque, bois de gaïac sombre et aubier

Salon de Mobilier et de Décoration d’intérieur27
Femme assise au paon, sculpture

Salon d’Automne28
Paris
Mère et enfant, plâtre
Femme à la corbeille, terre cuite

En 1922 débute une longue collaboration avec la Manufacture de Sèvres, qui édite pendant plus de dix ans des céramiques de Guino en grès et en biscuit, modèles que l’artiste reste libre d’éditer en bronze :
– Les Raisins (1922), édition en biscuit
Femme au paon (1922), édition en biscuit et en grès
Ces deux œuvres sont achetées par l’État en vue de leur édition par la Manufacture29.
– plat avec figure en relief (couple), faïence émaillée
Femme et enfant aux fruits, édition en biscuit et grès faïence émaillé
Pendule aux guirlandes, édition en biscuit et faïence
L’Automne, édition en biscuit et faïence
Enfant à la pomme, édition en grès

1923

Exposition de Printemps de Barcelone30
Barcelone (Espagne)
Femme portant un panier de fruits
Maternité

Salon des Artistes Décorateurs de Barcelone31
Barcelone (Espagne)
– Les Raisins (1922), biscuit édité par Sèvres

Exposition internationale des Arts Décoratifs de Milan-Monza

Milan (Italie)
– œuvres en céramique dont :
– Les Raisins (1922), biscuit édité par Sèvres32

Peintures, aquarelles et dessins de sculpteurs33
Paris
Galerie Devambez, 43 bd Malesherbes

– Dessins

Exposition des Arts Appliqués34
Paris
Musée Galliera

Salon des Tuileries35
Paris
Femme à la grappe de raisins, bronze
Femme aux roses, terre cuite
– Les Raisins

Salon des Artistes Décorateurs36
Paris
– Centaure37
– Femme au miroir

Exposition personnelle38
Paris, jusqu’au 22 nov.
Galerie A.-A. Hébrard, 8 rue Royale
– sculptures en terre-cuite émaillée dont :
– Femme au paon, terre-cuite émaillée
– Vase rouge-brun aux anses en grappes de raison
– Patelle décorée en son centre d’un médaillon, rouge et bleue
Pomone, terre-cuite émaillée
– sculptures en terre-cuite
– maternités
– médaillons

1924

Exposition au musée des Arts Décoratifs
Paris
Le musée fait l’acquisition de :
– Jeune femme au tambourin, terre-cuite39

Dessins et peintures de sculpteurs40
Paris, jusqu’au 29 nov.
Maison Barbedienne, 30 bd Poissonnière

– dessins

Salon des Artistes Décorateurs41
Paris
– un panneau avec trois bas-reliefs
– un panneau émaillé
– une pendule émaillée
– une sculpture émaillée
– une coupe, terre cuite
Trois Grâces, pendule en terre cuite
Femme aux roses, terre cuite
– une sculpture, bronze

Guino signe un contrat avec la Maison d’Édition Colin, qui édite pendant dix ans des bronzes à partir des modèles de l’artiste42.

1925

Salon des Tuileries43
Paris
– sculptures

Exposition Internationale des Arts Décoratifs
Paris
Diplômes d’honneur en classe X (métal) et XI (céramique)44

Exposition d’Art français contemporain au Japon45
Tokyo, Osaka
Femme au miroir

Guino se lie au marchand André Fau. L’atelier de céramique d’art de Boulogne qu’il a créé avec Marcel Guillaud édite en céramique les œuvres Vierge, Femme au tambourin et Femme au paon. Guino, dès 1928, entre en conflit avec Fau en raison du non-respect de sa propriété intellectuelle. Grâce à l’intermédiaire qu’est le syndicat de la propriété artistique, le contrat prévu pour une durée de dix ans entre l’artiste et le marchand est résilié46.

Le 11 novembre 1925, “Richard” Guino obtient la naturalisation française. Il épouse sa compagne Gabrielle Borzeix47, qui a donné naissance à Georges (1922) et Claude (1924). Michel naît en 1926.

1926

Salon des Artistes Décorateurs
Paris
Femme et enfant aux fruits, faïence48

1928

Participation au XIe concours du Musée Galliera49
Paris
– bronze

1929

Dessins et plaquettes pour reliure50
Paris, du 10 au 29 juin
Galerie Hector Brame, 68 bd Malesherbes
Commandes d’Émile Chouanard (n° 888 à 931) :
La Mort de Venise (Maurice Barrès), plaquette en ébène
Salammbô (Gustave Flaubert), plaquette en ébène
Isadora Duncan (G. A. Denis et José Clara), plaquette en amarante
La Création (la Genèse), médaillon en argent
Les Fables de La Fontaine, plaquette en ivoire
Daphnis et Chloé (Maurice Ravel), plaquette en ivoire
La Grèce et la Sicile (José-Maria de Hérédia), plaquette en ivoire
Les Chansons de Bylitis (Pierre Louys), plaquette en ivoire
Poèmes (Maurice Donnay), plaquette en terre cuite émaillée
La Loïe Fuller (Roger Marx), médaillon en terre cuite émaillée
L’Ame et la Danse (Paul Valéry), médaillon en terre cuite émaillée

Salon des Indépendants51
Paris
– deux peintures

Salon de la Société des Artistes Français
Paris
Guino devient sociétaire de la SAF et participe presque chaque année aux salons jusqu’à la fin des années 194052.

1930

Salon des Artistes Français
Paris
Portrait du peintre Auguste Renoir, lithographie (n°1018)
Femme aux fruits, lithographie
Femme à la glace, peinture (n°462)
– céramiques 53

Exposition54
Paris, du 20 nov. au 5 déc.
Galerie Jean Charpentier, 76 fbg St-Honoré

– sculpture et dessins dont les céramiques
55 :
Les Raisins
Pendule aux guirlandes
Femme au paon
L’Automne 
– une plaquette porcelaine “Sèvres”

1931

Exposition56
Paris, du 20 déc au 6 jan. 1931
Galerie Jean Charpentier, 76 fbg St-Honoré
– objets décoratifs
Guino expose aux côtés du verrier Heiligenstein avec lequel il a réalisé des verres peints en 1929.

Salon des Indépendants
Paris
– deux sculptures

Salon des Artistes Français
Paris
Enfant au sein, lithographie
Enfant pleurant, lithographie

1932

Les métaux dans l’art, concours du Musée Galliera57
Paris
– bas-relief, étain

Salon des Artistes Français
Paris
Femme nue, lithographie
Portrait de Pierre Bardinon, lithographie (n°456)

Guino signe un contrat avec la Maison d’Édition Susse Frères avec laquelle il collabore jusqu’en 195558.

1933

Salon des Artistes Français
Paris
Enfant endormi, lithographie
Portrait d’enfant, lithographie (n°458, ill. cat.)
– quatre têtes d’enfant, étain, section sculpture
– objets d’art en bois, étain et céramique, section arts appliqués : Guino obtient la médaille d’or

Exposition59
Paris
Librairie L’Art Catholique, 6 place Saint-Sulpice

Vierge à l’Enfant, ronde bosse
Ange avec corne d’abondance
Ange avec un caliceplaquette (n°936)

1934

Salon des Artistes Français
Paris
L’heure de la tétée, lithographie
Mère et enfant, bronze, section sculpture : Guino obtient la médaille d’argent
– objets d’art décoratif, section arts appliqués

Renoir, l’œuvre sculpté, l’œuvre gravé, aquarelles et dessins
Paris, 15 oct. – 10 nov. 1934
Galerie Beaux-Arts
Seule exposition consacrée par Vollard à l’œuvre sculpté “de” Renoir , sans que ne soit explicitée sa genèse60.

De 1934 à 1938, Guino travaille à la réalisation d’un vaste programme sculpté pour l’église de style néo-byzantin “St Teresa of the Child Jesus” de Princes Risborough, au nord-ouest de Londres, une commande financée par sir Bernard Alexander61. Il ne s’agit pas de lire dans cette production religieuse un engagement reflétant des convictions personnelles, ce sont bien les nécessités de la vie quotidienne qui guident le choix de l’artiste vers cette opportunité professionnelle.

Sainte-Thérèse de Lisieux, sculpture monumentale en terre-cuite
Sainte-Thérèse de Lisieux, bas-relief en grès à l’émail rose
Vierge à l’Enfant, sculpture monumentale en terre-cuite
Christ bénissant, sculpture monumentale en terre-cuite
Christ en croix, bois
Vierge à l’Enfant,  buste en terre cuite socle en acajou
Vierge, sculpture en terre-cuite

1935

Salon des Artistes Français
Paris
Portrait d’enfant, lithographie
– portraits d’enfants et statuettes, section sculpture

Exposition de peintures de Juliette Gambier62
Paris
Galerie Marcel Bernheim
– sculptures, dont une :
Maternité

Exposition des Beaux-Arts
Bruxelles
Commande de deux bas-reliefs pour le pavillon de la Ville de Paris63 :
Femmes aux fleurs, plâtre patiné (n°834)
Femmes aux fruits, plâtre patiné (n°835)

1936

Salon des Artistes Français
Paris
Portrait du poète Philéas Lebesgue, lithographie (n°1081)
Mes trois garçons, dessins

1937

Portraits, Sites et Monuments de la Région de l’Oise64
Chantilly, du 8 juil. au 15 oct.
Musée Condé, Grandes Ecuries

Exposition Internationale de Paris65
Paris
– décoration sculptée de la façade du Pavillon du Mobilier

Salon des Artistes Français
Paris
– objets d’art décoratif

1938

Exposition de sculptures au musée départemental de l’Oise66
Beauvais, du 14 avr. au 15 oct.
– sculptures
Portrait du poète Philéas Lebesgue (lithographie déposée au musée)

Salon des Artistes Français
Paris
Sainte-Thérèse de Lisieux, plâtre, section sculpture : Guino obtient la médaille d’or

Salon des Arts Appliqués67
Paris
Sainte-Thérèse, panneau de maître-autel, bas-relief émaillé

1939

Salon des Arts Appliqués68
Paris
Vierge à l’enfant, grès
Christ, sculpture

Salon des Artistes Français
Paris
Sainte-Thérèse, bas-relief en plâtre
Vierge à l’enfant, plâtre
Sacré-Cœur, plâtre

Guino signe un contrat avec la Maison d’Édition Susse Frères avec laquelle il collabore jusqu’en 195569.

1942

Salon des Artistes Français
Paris
Femme au miroir, lithographie
– céramiques, section arts appliqués : Guino obtient la médaille d’honneur

Durant la guerre Guino s’installe avec sa nombreuse famille à Antony (Hauts-de-Seine), dans une maison atelier dotée d’un jardin. Son épouse Gabrielle a donné naissance à Eveline en 1933 et à Jean en 1936. Marie naît en 1944, le couple a six enfants. 

1947

Salon des Artistes Français
Paris
Mère et enfant, lithographie
Portrait d’enfant, lithographie

1948

Salon de l’association Arts, Sports et Culture du centre Paris Gaz70
Paris, du 13 nov. au 12 déc.
Hall du Gaz de France, 6 rue Condorcet
– sculptures
– céramiques

1949

Salon des Artistes Français
Paris
– Femme nue (arts graphiques)

Salon de l’association Arts, Sports et Culture du centre Paris Gaz71
Paris, du 5 au 26 nov.
Hall du Gaz de France, 6 rue Condorcet
– sculptures
– céramiques

1956

Librairie L’Art Catholique72
Paris, 6 place Saint-Sulpice
– sculptures
– céramiques

1960

Exposition du cinquantenaire de la mort de Léon Tolstoï73
Paris
Bibliothèque Nationale, galerie Mansart
– projet de plaquette en céramique

Le 18 janvier 1964 est inauguré, dans le domaine des Collettes au musée Renoir de Cagnes-sur-Mer, un bronze de Venus Victrix acquis par la ville. À cette occasion Richard Guino est photographié aux côtés de la sculpture qu’il avait créée en communion avec Renoir cinquante années auparavant.

Face au refus qui lui est opposé de tirer profit de quelques études qui lui sont restées du temps de sa collaboration avec Renoir, Richard Guino, soutenu par son fils Michel, lui aussi sculpteur, assigne en 1965 les descendants de Renoir afin que soient reconnus ses droits.

Le 11 janvier 1971, la 3e Chambre Civile du TGI de Paris reconnaît Richard Guino co-auteur de l’œuvre sculpté créé en collaboration avec Renoir, jugement confirmé en appel le 9 juillet. C’est une première jurisprudentielle qui modifie la conception jusque-là admise du droit d’auteur.74

Richard Guino meurt le 2 février 1973 à Antony (Hauts de Seine).

Le 13 novembre 1973, la Cour de Cassation rejette le pourvoi des héritiers Renoir et confirme définitivement Richard Guino, à titre posthume, dans sa qualité de co-auteur.

CHRONOLOGIE DES EXPOSITIONS POSTHUMES

1974

Pierre-Auguste Renoir Richard Guino, sculptures et dessins
Paris
Hôtel Bristol

1976

Richard Guino, sculptures et dessins
Strasbourg
Galerie Paskine de Ginoux
25 nov. – 20 déc.

1977

Rétrospective Richard Guino, sculptures, dessins
Cagnes-sur-Mer
Maison de Renoir aux Collettes

1987

Peintures Sculptures
Suisse, Genève
Galerie L’Orangerie

1988

Richard Guino, Sculptures et Dessins
États-Unis, New-York – Paris
Galerie Lugardon et Art Majeur

1989

Richard Guino, Dessins et Sculptures
Paris
Galerie Coligny

Sculptures Renoir-Guino et Guino
Japon, Tokyo
Galerie Urban

1992

Ricard Guino Escultures i dibuixos
Espagne, Gérone
Ajuntament de Girona

1994

Richard Guino, bijoux, sculptures
Paris
Arfan, ancien atelier du photographe Nadar, 35 bd des Capucines

1994

Sculptures Pierre-Auguste Renoir Richard Guino – Sculptures, peintures, dessins Richard Guino
Monaco
Musée océanographique et Galerie Henri Bronne
29 sep. – 6 nov.

1995

Richard Guino, bijoux, sculptures
Paris
Arfan, ancien atelier du photographe Nadar, 35 bd des Capucines

Richard Guino, sculptures et dessins
Antony
Maison des Arts

Sculptures Pierre-Auguste Renoir Richard Guino – Sculptures, peintures, dessins Richard Guino
Belgique, Bruges
juil.

1996

Sculptures Pierre-Auguste Renoir Richard Guino – Sculptures, peintures, dessins Richard Guino
Cannes
juil. – août

1997

L’impressionnisme dans la sculpture de Pierre-Auguste Renoir et Richard Guino
Italie, Busto Arcizio
Museo delle Arti Palazzo Bandera
mai – juin

2003

Sculptures de Renoir-Guino et Guino
Chine, Shangai
Biennale de Shanghai, première édition

2006

L’érotisme dans l’œuvre de Richard Guino
Paris
Louvre des Antiquaires, Galerie Spicilège

2006

Renoir et les familiers des Collettes
Cagnes-sur-Mer
Musée Renoir

2009

Renoir au XXe siècle Paris Galeries nationales du Grand Palais 23 sept. 2009 – 4 jan. 2010

2010

Renoir au XXe siècle États-Unis, Los Angeles LACMA Los Angeles County Museum of Art

2013

Le grand atelier du Midi
Aix-en-Provence
Musée Granet
13 juin – 13 oct.

Paris Perpignan Barcelone, l’appel de la modernité (1889-1925)
Perpignan
Musée des beaux-arts Hyacinthe Rigaud
20 juin – 13 oct.

2014

Renoir
Suisse, Martigny
Fondation Gianadda
20 juin – 23 nov.

2016

Renoir entre mujeres
Espagne, Barcelone
Fundaciòn MAPFRE
16 sep. – 8 jan.

2017

Un autre Renoir
Troyes
Musée d’art moderne
17 juin – 17 sep.

NOTES
  1. Ricard Guinó, retorn a casa, Francesc Fontbona, cat. Ricard Guinó. Escultures i dibuixos, Ajuntament de Girona 1992, pp. 11-17
  2. Guino expose aux côtés de Rafael Masó et Joan-Baptista Coromina, il fait don de ses œuvres exposées à l'école des Arts, ce qui lui vaut la gratitude de la ville - El Autonomista (Girona), an XI, n°871 (5 nov. 1908), n°875 (21 nov. 1908) p. 3 et n°878 (10 déc. 1908) p. 3
  3. Ricard Guinó, retorn a casa, Francesc Fontbona, cat. Ricard Guinó. Escultures i dibuixos, Ajuntament de Girona 1992, pp. 11-17
  4. El retorn de Ricard Guinó, gironí universal, Josep Clara, Revista de Girona n°155, nov. déc. 1992
  5. Ricard Guinó, Carles Rahola, El Autonomista, any XIII, n°709, pp. 1-2, 2 avr. 1910
  6. Exposición de Retratos y Dibujos antiguos y modernos, sculptures n°48 et 49 salle XVII, cat. illustré, Ayuntamiento de Barcelona, 1910, p. 106
  7. Œuvres conservées au musée Pouchkine à Moscou
  8. Ces sculptures sont présentées sur le site du "Musée d’art moderne occidental", aujourd'hui conservées l'une au musées Pouchkine à Moscou, l'autre au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg
  9. Cat. Rétrospective Richard Guino, sculptures, dessins, Maison de Renoir aux Collettes, Cagnes-sur-Mer, 1977
  10. Journal, Comte Harry Kessler, T. II (1907-1937), Éd. de la Maison des sciences de l’homme - INHA, Paris 2017
  11. Illustrations dans l’Excelsior, fév. 1913 et Comœdia, 13 fév. 1913
  12. Brunhammer, Yvonne et Tise, Suzanne, 1990. Les Artistes Décorateurs, 1900-1942.Paris : Flammarion
  13. Dugnat, Gaïté, 2005. Les Catalogues des Salons de la Société Nationale des Beaux-Arts, 1911-1920. Dijon : Echelle de Jacob, tome V
  14. Œuvre illustrée dans le catalogue de la SNBA de 1912, série bijoux et objets d’art
  15. Probablement dans le cadre des expositions régulièrement organisées par l'Académie Ranson à la Galerie Druet (Goudal-Nicollier, Sandrine, 1998. L’Académie Ranson de 1908 à 1918, mémoire de 3e cycle sous la direction de Guy Cogeval. Paris, École du Louvre)
  16. Les Artistes Décorateurs 1900-1942, Yvonne Brunhammer et Suzanne Tise, Flammarion, Paris, 1990
  17. La collaboration Renoir-Guino ayant fait l'objet d'une minutieuse expertise dans le cadre du procès qui valut au sculpteur la reconnaissance de sa qualité de co-auteur (1965-1973), on se réfère principalement ici au rapport que l'expert Alfred Daber remit à la cour en 1969 ainsi qu'à l'essai d'Emmanuelle Héran, Renoir sculpteur ? paru dans le catalogue de l'exposition "Renoir au XXe s.", Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 2009. Voir également les sections "Œuvre-vie" et "Médiagraphie"
  18. Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XXe s., Julie Gandini, mémoire 2e cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, 2011, p. 65
  19. La première épreuve en bronze est conservée au musée des Beaux-Arts de Perpignan Hyacinthe Rigaud
  20. Une photo d'un tirage en bronze de cette pièce, dont on ignore la localisation, est reproduite, ainsi que d'autres œuvres, dans l'article René Guino (sic), Georges Keller-Dorian, L'art et les artistes, tome II, oct. 1920 -  fév. 1921, p. 199
  21. Article de Thiébault-Sisson, Le Temps, 3 déc. 1919
  22. Les articles de presse faisant référence à ces expositions à la Galerie Hébrard sont nombreux : Le Figaro, 3 déc. 1919, Le Temps, 2 déc. 1919, The Christian Science Monitor, Boston, 5 jan. 1920, Le Temps, 25 avr. 1922, L’Art et les Artistes, avr. 1923, L’Art Vivant, Guillaume Janneau, art. Adrien Hébrard, déc. 1925, Céramique et Verrerie, 25 nov. 1926
  23. Les Artistes Décorateurs 1900-1942, Yvonne Brunhammer et Suzanne Tise, Flammarion, Paris, 1990
  24. Le XIe Salon des Artistes décorateurs, Émile Henriot, Art et décoration, jan. 1920
  25. Art. de Charles d’Avron, L'Excelsior, 16 juin 1921
  26. Chronique des Arts n°9, 15 mai 1922
  27. Œuvre illustrée dans la revue Mobilier et Décoration d'Intérieur, 1922
  28. Dictionnaire du Salon d’Automne, répertoire des exposants et liste des œuvres présentées, 1903-1945, Pierre Sanchez, Echelle de Jacob, Dijon, 2006
  29. Lettre du Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts adressée à Guino le 5 sept. 1922, archives de la Manufacture de Sèvres - Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XXe s., Julie Gandini, mémoire de 2e cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, 2011
  30. El retorn de Ricard Guinó, gironí universal, Josep Clara, Revista de Girona n°155, nov. déc. 1992
  31. Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XXe s., Julie Gandini, mémoire 2e cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, 2011, p. 73
    - Archives de la Manufacture de Sèvres
  32. L'œuvre est en couverture du catalogue des œuvres de la Manufacture présentées à cette exposition - Archives de la Manufacture de Sèvres
  33. Les expositions de la Galerie Berthe Weill (1901-1942) et de la Galerie Devambez (1907-1926), Pierre Sanchez, Echelle de Jacob, Dijon, 2009
  34. Archives succession Richard Guino
  35. Dictionnaire du Salon des Tuileries, répertoire des exposants et liste des œuvres présentées, 1923-1962, Pierre Sanchez, Echelle de Jacob, Dijon, 2007
  36. Les Artistes Décorateurs 1900-1942, Yvonne Brunhammer et Suzanne Tise, Flammarion, Paris, 1990
  37. Cat. n°798
  38. Art. de Thiébault-Sisson, Le Temps, 7 nov. 1923
  39. Archives du musée des Arts Décoratifs, Paris
  40. La Semaine à Paris, Paris-guide..., 28 nov. 1924
  41. Les Artistes Décorateurs 1900-1942, Yvonne Brunhammer et Suzanne Tise, Flammarion, Paris, 1990
  42. Contrats et correspondance archives succession R. Guino
  43. Dictionnaire du Salon des Tuileries, répertoire des exposants et liste des œuvres présentées, 1923-1962, Pierre Sanchez, Echelle de Jacob, Dijon, 2007
  44. Décerné par le jury à la demande du directeur de la Manufacture de Sèvres, M. Lechevallier-Chevignard - Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XXe s., Julie Gandini, mémoire 2e cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, 2011, p. 70
  45. Exposition d’Art Français contemporain au Japon, Bulletin de l’Art français et japonais, 1925 - Documentation musée Bourdelle
  46. Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XX<sup>e</sup> s., Julie Gandini, mémoire 2<sup>e</sup> cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, 2011, p. 68
  47. Gabrielle Joséphine Borzeix, née le 21 mars 1897 à Paris Xe
  48. Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XXe s., Julie Gandini, mémoire 2e cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, Paris, 2011, p. 73 - Archives de la Manufacture de Sèvres
  49. Archives succession R. Guino
  50. Plaquette de l’exposition, archives succession R. Guino, Bibliothèque Emile Chouanard, première partie, Chartres, 1936
  51. Dictionnaire des Indépendants, répertoire des exposants et liste des œuvres présentées, 1920-1950, Pierre Sanchez, Echelle de Jacob, Dijon, 2008
  52. Catalogues de la SAF de 1910 à 1960 systématiquement dépouillés par Julie Gandini pour son mémoire Richard Guino (1890-1973), un artiste décorateur de la première moitié du XXe s., mémoire 2e cycle sous la direction de Catherine Chevillot, École du Louvre, 2011
  53. Le Mouvement des Arts appliqués, Yvanhoé Rambosson, La Revue de l'Art ancien et moderne, juin 1930, p. 258
  54. Plaquette de l’exposition conservée dans les archives de la succession R. Guino
  55. Confiées à la galerie Charpentier par la Manufacture de Sèvres pour l’exposition des œuvres de Guino éditées par l’établissement, lettre du 12 déc. 1930 de l’ingénieur de la Manufacture conservée dans les archives de Sèvres
  56. Plaquette de l’exposition conservée dans les archives de la succession R. Guino
  57. Archives succession R. Guino
  58. Contrat archives succession Richard Guino
  59. Contrat du 20 jan. 1932 et relevés de droits d’auteur archives succession R. Guino
  60. Renoir et la sculpture, cat., Raymond Cogniat, Galerie Beaux-Arts, 1934
  61. La correspondance entre Bernard Alexander et Guino, qui traite notamment du choix des matériaux, de leur coût et de l’esthétique envisagée, est conservée dans la succession Richard Guino ainsi que le plan architectural de la chapelle et divers reçus de paiement et transport
  62. Archives succession R. Guino et documentation de la Bibliothèque Kandinsky, Centre Georges Pompidou, Paris
  63. Contrat du 27 mars 1935, signé par Achille Villey, inspecteur des Beaux-Arts, archives succession R. Guino
  64. Plaquette de l’exposition archives succession R. Guino
  65. Exposition Internationale de Paris 1937, Catalogue Officiel des classes 38 à 43, édité par Le Décor d’Aujourd’hui, Paris, 1937 - Documentation du musée d’Orsay
  66. Plaquette de l’exposition, contrat de transport des œuvres daté du 08 avr. 1938 et lettres de M. Magnien, conservateur du musée de l’Oise à Beauvais, du 16/05/1938, du 27/10/1938, archives succession R. Guino
  67. Métiers d’Art, Groupe Artistique, “Salon de 1938, Arts Appliqués”, archives succession R. Guino
  68. Métiers d’Art, Groupe Artistique, “Salon de 1939, Arts Appliqués”, archives succession R. Guino
  69. Contrat archives succession R. Guino
  70. Plaquette de l’exposition archives succession R. Guino
  71. Plaquette de l’exposition archives succession R. Guino
  72. Contrat et relevés de droits d’auteur archives succession R. Guino
  73. Paris, Léon Tolstoi, Bibliothèque Nationale, exposition organisée pour le cinquantenaire de sa mort, sous la direction de Julien Cain, Paris, 1960, 83 p. Le nom de Guino n’apparaît pas dans la liste des artistes présentant des oeuvres
  74. Delaveaux, Céline et Vignes, Marie-Hélène, Les procès de l'art, petites histoires de l'art et grandes affaires du droit, Paris éd. Palette..., 2013