ACTUALITÉS

EN CE MOMENT

SITE EN CONSTRUCTION

Mars 2020
CONFÉRENCE d'EMMANUELLE HÉRAN

La conférence a été reportée en raison de la crise sanitaire.

“Renoir sculpteur, une histoire singulière” – 25 mars 2020 à 19h

Conférence donnée par Emmanuelle Héran à l’occasion de la célébration du centenaire de Renoir par la Ville de Limoges et de l’acquisition, par le musée des Beaux-Arts, d’une sculpture de Renoir-Guino, Étude de la Maternité, ainsi que d’un portrait de Renoir par Guino (cf infra).

Conservatrice en chef du patrimoine, Emmanuelle Héran, responsable des collections des jardins du domaine national du Louvre et des Tuileries, est spécialiste de la sculpture du XIXe et du début du XXe siècle. Elle a été conservatrice des sculptures au musée d’Orsay, puis chargée de la programmation des expositions au Grand Palais. Auteur de nombreux articles et ouvrages, elle a assuré le commissariat d’expositions, dont “Le Dernier Portrait”, “Rodin/Carrière”, “Renoir au XXe siècle” (2009) et “Beauté animale”.

Novembre 2019
MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LIMOGES

Un portrait de Renoir par Guino (lithographie) et une sculpture Renoir-Guino, Étude de la Maternité (bronze), rejoignent les collections du musée des Beaux-Arts de Limoges, ville natale du peintre célébré à l’occasion du centenaire de sa mort.

Ayant partagé la vie de famille de Renoir durant la période de leur collaboration à Essoyes et Cagnes-sur-Mer (1913-1918), Guino réalisa de nombreux portraits du peintre et de ses proches. Dans ce profil se perçoit cette proximité entre le vieux peintre et le jeune sculpteur. Guino représente avec douceur la fatigue liée à l’âge mais aussi la force de volonté d’un maître qui n’a rien perdu de sa soif créatrice.

Pour honorer la mémoire de son épouse Aline, disparue en juin 1915, Renoir demande à Guino de s’inspirer d’une étude la représentant en train de donner le sein à son bébé. Cette commande est singulière au sein de l’œuvre de collaboration pour avoir été passée par le peintre au sculpteur sans l’intermédiaire de Vollard. La maternité est l’un des thèmes de prédilection de Guino. L’œuvre en volume, ici l’étude, restitue la tendre simplicité du portrait peint par Renoir et son caractère esquissé fait écho à sa fraîcheur.

Mai 2019
MISE EN LIGNE DU SITE richard-guino.com

Le site est développé par les descendants de Richard Guino pour mettre à la disposition du public et des chercheurs une base de ressources documentaires dédiée à son œuvre et contribuer à recueillir des informations.

La synthèse présentée s’appuie sur les travaux d’inventaire et de divulgation menés par la succession Richard Guino ainsi que sur les recherches développées par critiques et historiens de l’art (voir Ressources).

ACTUALITÉS

ARCHIVES

SITE EN CONSTRUCTION

Décembre 2018​
VENUS VICTRIX AU MUSÉE D'ORSAY

Renoir et Guino se dédièrent d’abord à la création d’une Vénus, la déesse victorieuse du Jugement de Pâris. Renoir avait peint à plusieurs reprises la scène mythologique de l’élection de Vénus, s’inscrivant dans une tradition largement explorée par de nombreux artistes depuis l’Antiquité.

Par sa monumentalité, la grande Vénus de Renoir et Guino se mesure à cette histoire, par la rupture qu’elle opère avec l’académisme et l’expressivité rodinienne, elle participe au renouveau de la sculpture moderne et résonne avec les sculptures de Maillol, pour lequel Guino avait activement travaillé durant les années 1910-1912 (voir Œuvre-vie).

Le plâtre de Venux Victrix, qui a servi à réaliser les épreuves en bronze qui se trouvent aujourd’hui dans les plus prestigieux musées du monde, intègre les collections du musée d’Orsay à Paris.

Venus Victrix - Renoir-Guino, 1914-16
Venus Victrix
Auguste Renoir et Richard Guino, 1914-16
Octobre 2016​
À L'OCCASION DE L'EXPOSITION Chtchoukine...​

Grâce à une photo de l’une des salles d’exposition du Musée national d’art moderne occidental de Moscou – l’ancien palais Morozov où furent rassemblés, entre 1923 et 1948, les chefs-d’œuvre des collectionneurs russes Chtchoukine et Morozov – une œuvre de Guino, qui voisine avec des sculptures du Cycle des saisons de Maillol (Flore et Printemps) et des peintures de Matisse, a été identifiée puis localisée.

Ce marbre, Torse de femme, n’était connu que par une autre photographie conservée dans les archives familiales, où l’on voit Guino travailler dans son atelier. L’œuvre, aujourd’hui conservée au musée Pouchkine de Moscou, a été acquise pour Ivan Morozov par le comte Kessler en 1911, au moment où Guino travaillait avec Maillol à la création des nus monumentaux du Cycle des saisons, commande du même Morozov.

Cette découverte en a entraîné une autre, le collectionneur russe, grand amateur d’art moderne, ayant également fait l’acquisition d’une Maternité en terre-cuite, aujourd’hui conservée au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Il s’agit de l’un des thèmes de prédilection de Guino, ultérieurement exploré en diverses matières et dimensions.

Deux œuvres de Richard Guino, acquises par le collectionneur Morozov et conservées en Russie depuis 1911, redécouvertes grâce à l’exposition “La collection Chtchoukine” (Fondation Vuitton, 2016)

Juillet 2016​
GRANDE BAIGNEUSE AU MUSÉE RIGAUD DE PERPIGNAN

L’une des œuvres monumentales de Guino, créée en 1915 (durant la période de sa collaboration avec Renoir), confiée en dépôt au musée des Beaux-Arts de Perpignan, en Catalogne.

Guino, explorant le motif classique du nu féminin à sa toilette, offre un hymne à la sensualité empreint de douceur, qui rappelle l’Aphrodite accroupie du Louvre. La ligne de composition torsadée rythme les volumes d’un corps qui dévoile ses profils, tel un paysage vallonné, à travers effets de creux et de pleins, jeux d’ombre et de lumière.

L’œuvre, au musée Hyacinthe Rigaud, voisine avec Torse du Printemps de Maillol, une sculpture dont l’historienne de l’art Ursel Berger vient d’établir qu’elle avait été créée par Guino dans son propre atelier de la rue Daguerre, alors qu’il assistait Maillol. Cette information trouve sa source dans le journal du comte Kessler, mécène et collectionneur de Maillol, passionnant témoin de la vie artistique de son temps (voir Bibliographie).

Grande Baigneuse, ou Femme agenouillée à sa toilette - Richard Guino, 1915
Grande Baigneuse, ou Femme agenouillée à sa toilette, 1915